04.90.86.01.27

Théâtre Golovine / OFF DANSE / Danse Association • 1 bis rue Sainte-Catherine 84000 Avignoncontact@theatre-golovine.com  Licence n°1-1101104

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

1/4

J'HABITE UNE BLESSURE SACRÉE

Max Diakok • Compagnie Boukousou
Danse contemporaine


 

 

12h45
du 5 au 26 juillet

Relâche le lundi

Tarif plein : 15€
Tarif réduit : 10 €
Tarif enfant : 8 €

Durée 45 mn

dès 10 ans

LE SPECTACLE

Comment transformer le chaos du monde ? Dans quelle mesure la violence de l’oppression résonne-t-elle dans le corps individuel ? Comment l’ambivalence de nos choix révèle-t-elle notre rapport à la liberté ?
J’habite une blessure sacrée slalome entre déséquilibre et enracinement, douceur et force, intimité et ouverture. Ce solo instaure un dialogue entre deux nécessités : d’une part l’écoute intérieure et l’énergie subtile qui la sous-tend, d’autre part la lutte émancipatrice s’affirmant sur un mode martial. Ce solo est le second volet d’un triptyque amorcé par Depwofondis et présenté au Théâtre Golovine en juillet 2016 dans le Festival OFF DANSE. La pièce Murs, troisième volet, est en préparation pour 2020.


How to transform the chaos of the world? How does the ambivalence of our choices reveal our relationship to freedom?
This solo slaloms between imbalance and rooting, softness and strength, intimacy and openness. It is conceived as a dialogue between two necessities : the inner quest and the emancipatory struggle asserting its presence on a martial mode.


Chorégraphe & Interprète : Max Diakok • Dramaturge : Lucile Perrain • Créateur vidéo et scénographie : Claudio Cavallari • Compositeur : Rico Toto • Création lumières : Johann Chauveau • Régisseur vidéo : Claudio Cavallari • Interprètes de la bande-son : Anissa Altmayer (Violoncelle), Max Diakok (Boulagèl), Nathalie Jeanlys (choeur), Franck Nicolas (trompette, kokiyaj), Rico Toto (musique électronique, guitare basse, Boulagèl), Jérémie Viraye (choeur) • © Willy Vainqueur


LA COMPAGNIE
La danse contemporaine de Max Diakok tire ses racines de l’univers du Gwoka guadeloupéen qui est à la fois une danse, une musique et un art de vivre. Les notions de rapport à la terre et d’énergie, d'équilibre et de déséquilibre y ont une grande importance. Et dans cet univers l’énergie physique dialogue avec l’énergie intérieure, celle qui tisse des liens avec les mémoires anciennes.

www.compagnie-boukousou.fr

Soutiens : SACD / Ministère des Outre-mer / CGET, Villes de Paris et de Saint-Denis Spedidam / Région Guadeloupe / Théâtre Golovine / Cie DCA / MJC Noisiel / Centre de Danse du Galion / RAVIV / CND

.